Retour à l'accueil de Distrival Canada Ltée

 


L'algues Ascophyllum nosodum

 

 

Article de M. André Pedneault
Publié dans Québec Vert/Avril 1994

L'emploi des produits à base d'algues marines peut améliorer significativement le développement et la qualité des végétaux.

Au X11è siècle, les paysans des côtes de Bretagne et du Portugal utilisaient déjà les algues comme amendement pour améliorer et maintenir la fertilité de leur sol. Les orientaux en avaient déjà réalisé les bienfaits quelques siècles auparavant. L'usage des algues marines en horticulture s'est répandu en Amérique surtout à partir des années cinquante.

Des recherches démontrent alors que les algues améliorent significativement les rendements et la qualité des cultures, même appliquées à de faibles doses, en fertilisation foliaire ou sur le sol. Des produits concentrés, sous forme de farine ou de liquide, commencent à être distribués. La popularité des algues n'a cessé d'augmenter depuis.

Aujourd'hui, les produits fertilisants à base d'algues font maintenant partie de tout bon étalage de jardinerie. L'implantation d'industries de transformation confirme la rentabilité d'un tel marché.

Les ventes de ces produits peuvent augmenter. Bien des pépiniéristes, des horticulteurs, des producteurs et des clients peuvent vérifier, déjà après quelques jours, les conséquences bénéfiques de l'emploi de ces produits sur les végétaux ( voir tableau #1, dernière page).

Des propriétés intéressantes.

Les recherches démontrent que les apports d'algues, aux doses et aux périodes recommandées provoquent une augmentation de la croissance, de la résistance et de la qualité des végétaux.

Oligo-éléments et phytohormones

L'analyse de la composition des algues fraîches montre qu'elles contiennent entre 50 et 60 oligo-éléments différents en faibles doses. Une vingtaine d'acides aminés, des enzymes, des antibiotiques et des hormones de croissance végétales peuvent aussi être décelés.

Pour plusieurs auteurs, les propriétés des algues proviennent des nombreux oligo-éléments qui se retrouvent aussi dans les produits commerciaux concentrés. Ces éléments, chelatés naturellement, sont facilement assimilables. Mais les effets induits par une seule application dépassent le simple apport d'éléments nutritifs dans plusieurs cas.

La présence d'activateurs de croissance comme des cytokinines, des auxines et gibbérellines est alors invoquée. Un apport accru de ces phytohormones, naturellement présentes chez les plantes, expliquerait les résultats observés.

Les cytokinines participent activement à la division cellulaire et à la formation des membranes. Les auxines et les gibbérellines favorisent l'élongation cellulaire.

Les hormones de croissance des algues fraîches ne se retrouvent pas toutes dans les produits commerciaux. Les auxines, contrairement aux cytokinines, plus stables, ne semblent pas conservées. Les gibbérellines se dégradent au bout de quelques mois. Quelques rares compagnies seulement garantissent la présence de cytokinines dans leurs produits.

Les produits commerciaux

Aujourd'hui, dans le commerce, on trouve les algues marines sous formes d'extrait liquide à différentes concentrations, de poudre à diluer. Vu leur facilité d'utilisation, ce sont les extraits liquides qui sont les plus populaires chez les consommateurs.

En fertilisant foliaire, les formes liquides et les poudres à diluer permettent d'obtenir un effet beaucoup plus rapide qu'une application dans le sol. Les feuilles absorbent directement ces extraits et transmettent les éléments nutritifs et les substances actives aux autres cellules par l'intermédiaire de la sève.

Utilité des extraits d'algues

Les produits à base d'algues sont des fertilisants complémentaires. En tant que tels, leurs avantages, la quantité appliquée, le temps et la fréquence d'application varient la selon la qualité des sols, les fertilisants déjà employés et le type de culture. Il s'agit de soupeser leur valeur selon le besoin en oligo-éléments et en phytohormones.

Les effets les plus marqués sont constatés en fertilisation conventionnelle où pratiquement seuls les principaux éléments nutritifs sont apportés et en culture hydroponique. L'apport d'oligo-éléments et de cytokinines, s'il y a lieu, agit alors pleinement.

L'apport complémentaires en oligo-éléments demeure rarement nécessaire lorsque des fertilisants naturels riches en oligo-éléments comme le compost ou le fumier sont employés en quantités suffisantes dans la fertilisation, que ce soit pour les cultures sur sol ou hors sol. Les carences en oligo-éléments sont très rares en agrobiologie, mais des apports stimulants sont bienvenus.

L'intérêt des extraits d'algues devient alors beaucoup plus axé sur la présence de cytokinines. Il serait intéressant que des essais comparatifs sur l'efficacité des produits à base d'algues soient effectués pour l'agrobiologie.

Utilisation des produits

En général, les produits à base d'algues seront surtout utilisés pour le trempage des semences, la transplantation, le bouturage, le marcottage, avant la floraison et en période de stress.

Les compagnies productrices recommandent d'appliquer les extraits d'algues généralement tous les 15 jours. Cette fréquence est adéquate en production de fleurs et en culture hydroponique. Les applications sont plus espacées en agriculture biologique. Les plantes recevront environ une application foliaire toutes les quatre à six semaines seulement.

L'horticulture Yves Gagnon souligne qu'il est possible d'ajouter 30 kg d'algues en granulé par mètre cube de compost lors de sa fabrication ou d'en appliquer directement dans le sol à raison de 10 kg par 100m2.

La farine d'algues peut aussi entrer dans la composition des substracts de culture. Les quantités de sodium et de chlore, qui varient normalement de 2 à 4% dans la farine, ne sont pas à craindre compte tenu des faibles doses appliquées, soit entre 0.25 et au plus 2% du mélange. Il s'agit de vérifier la salinité du mélange pour les plantes sensibles.

Les algues pour phytoprotection

Sur une pelouse, l'application de farine d'algues à une concentration de 2,8 kg/100 m2 durant trois ans contrôlerait le Fusarium roseum au même titre que des traitement fongicides avec du Bénomyl. Ces applications n'ont pas d'effets sur la tache du dollar, le charbon strié et sur les larves des scarabés japonais. Les populations de nématodes parasites comme le Pratylenchus seraient réduits significativement. L'application d'algues liquides tous les 15 jours ralentiraient la prolifération des pucerons, des acariens et préviendrait l'apparition des maladies foliaires.

Les causes exactes de ces propriétés antiparasitaires ne sont pas clairement identifiées. Une meilleure résistance de la plante, la formation d'un film protecteur sur les feuilles ou la présence d'hormones pouvant agir sur le métabolisme des parasites sont des hypothèses avancées, selon les cas.


André Pedneault, Biologiste,
Consultant en horticulture écologique,
Conseiller horticole pour la Ville de Montréal et président d'Eco-Option.